16 Paul ARIÈS l'injonction du corps parfait

Merci ! Partagez avec vos amis !

Vous avez aimé cette vidéo, merci de votre vote !

Ajoutées by admin
4 Vues
Le sport, dans l’esprit du capitalisme est une propagande faite corps
mais aussi la mythologie d’une croissance sans fin. C’est l’idée que l’on pourrait toujours faire plus. Nous n’avons plus le droit aujourd’hui d’entretenir cette illusion.
Il faut à l’évidence se débarrasser de ce dogme du progrès et lui préférer les notions d’émancipation et d’épanouissement.

Cela ne fait pas plaisir à entendre, mais le capitalisme nous fait jouir et le sport de haut niveau nous fait jouir également.
Mauvaise jouissance d’avoir, d’emprise, de domination qu’il nous faut remplacer par une jouissance d’être.

Il faut se défaire de cette idée selon laquelle le sport serait la compétition, la compétition serait la vie et donc le sport serait la vie.
On a plus le droit de reculer la critique du sport.../...sur un podium il y a trois places et nous sommes huit milliards d’humains. Nous ne pouvons pas être tous des vainqueurs, des “killers“.

La devise olympique est immorale au sens kantien du terme. Ce qui n’est pas universalisable n’est pas défendable moralement.
Il faut repenser notre système éducatif et nos existences hors du champ de la sportivation.
De la même façon que la sportivation des activités physiques a contaminée la société, je pense que la décolonisation de ces mêmes activités de cet esprit compétitif et concurrentiel pourrait rejaillir sur toute la société.

Paul ARIÈS, politologue
Catégories
ENTERTAINMENT
Mots-clés
ARIÈS SPORT POLITIQUE CAPITALISME INSEP PICHERY

Ajouter un commentaire

Commentaires

Soyez le premier à commenter cette vidéo.